Feb 17, 2019 Last Updated 8:09 AM, Feb 14, 2019

Vendredi 15 janvier 2016

La rentrée 2016

Une rentrée est comme un tableau du peintre italien Arcimboldo. Elle est composée d'éléments épars, indépendants les uns des autres, mais qui, bien disposés, composent un ensemble harmonieux.

Telle fut la rentrée 2016.

L'idée avait été lancée par le président de la Conférence Philippe Bodson. Elle a été poursuivie depuis lors. La rentée a donc débuté le jeudi 14 janvier au Palais par le concours de plaidoiries surréalistes. Le thème était "ceci n'est pas un discours"! Les candidats devaient placer dans leur discours dix mots inhabituels. Neuf candidats s'affrontèrent venus de Bruxelles à Montréal, en passant par Dinant et Toulouse ! Le lauréat fut - choix rassembleur - Me Louis Godart, avocat au barreau de Bruxelles mais de nationalité française.

Le soir, les invités du bâtonnier se retrouvèrent au Train World, à la gare de Schaerbeek, musée magnifique où le bâtonnier lançait la rentrée à pleine vapeur.

Le colloque du lendemain intitulé "vos concurrents sont déjà en ligne … et vous ?" fut consacré à la déontologie à l'épreuve du numérique, aux réseaux sociaux, au web au service de l'avocat et à l'usage que nous pourrons faire des nouvelles technologies. Les participants n'étaient malheureusement pas assez nombreux alors que ce thème est devenu incontournable pour l'avenir de l'exercice de notre profession.

Après avoir évoqué le matin le monde futuriste de l'avocat, nous sommes revenus à la tradition de notre barreau avec le discours de rentrée. Celui-ci fut prononcé par Me François Viseur. Le titre de son discours était "Good Bye Périclès" et Me Viseur a retenu l'attention de tous en abordant le thème de la démocratie à partir de son vécu de chef de colonne constatant la faille de notre société.

Je vous invite à la lecture de son courageux discours, n'hésitant pas à mettre en exergue la non-exécution du contrat social et l'abandon progressif de notre Etat providence. Après avoir déploré l'élargissement de la faille, Me Viseur a néanmoins terminé son discours sur une note optimiste en nous invitant à la générosité car le bonheur rend partageur.

Le président, Me Pierre-Yves Thoumsin, s'est inscrit dans la pop music en débutant par la chanson de John Lennon "Power to people". Il a choisi la musique de John Lennon comme échappatoire, le terrain de la politique n'étant pas celui qui le passionne en abordant successivement "Help", "Nowhere Man", "I 'Am Only Sleeping", "Don't Let Me Down", "Come Together", "Imagine". Que d'anglais pour un public habitué à un discours accessible seulement à des auditeurs francophones ou férus de langue française ! J'y vois une promesse d'ouverture des discours traditionnels à un public plus cosmopolite.

Notre bâtonnier, Me Stéphane Boonen, n'a pas été en reste. Il a entamé son discours par les mots "Hello, Goodbye", célèbre chanson de Paul McCartney. Il a abordé le thème de la démocratie en nous proposant trois voyages, le premier en Suisse où se pratique la démocratie directe par le référendum, le second au pays des pots-pourris (ne me demandez pas où il se situe) et le troisième en Tunisie. Il a évoqué avec chaleur et conviction le rôle joué par ce Quartet nobélisé dans le rétablissement de la démocratie en Tunisie et plus particulièrement par le barreau de Tunis. Nous avons donc terminé sur une note optimiste avec les valeurs d'égalité, de tolérance et de solidarité.

Le ton était donné. Le dîner donné le soir au Wild Gallery fut sans fausse note (oublions le vestiaire); le bâtonnier de Paris a eu le courage de prononcer son discours et l'assemblé n'a pas oublié de le chahuter.

Le concert de Puggy nous a emmené dans le monde musical post Lennon et la nuit s'est achevée au petit matin.

Les invités du bâtonnier se sont néanmoins retrouvés au Palais des Beaux-Arts le samedi, à midi, pour de nouvelles notes jouées par un jeune pianiste talentueux de 16 ans, Théo Keseman. Ce fut un moment de poésie dans un monde de brutes, pour employer les termes de Mme Simone Boonen.

Et le soir, histoire de faire la paix avec le vestiaire, le président Thousmin a accueilli les délégations étrangères au vestiaire des avocats pour une soirée .. good bye.


Votre dévoué,

Pierre Sculier
Dauphin de l'Ordre.

Dernière modification le dimanche, 24 janvier 2016 11:50
  • Ing
  • Ethias
  • Marsh
  • caisse de prévoyance